ESAL
Connexion

ÉSAL — site de Metz
1, rue de la citadelle
57000 Metz
03.87.39.61.30
metz@esalorraine.fr
ESALESAL

ARCHÉOLOGIE IMAGINÉE, Photographies de l’École Supérieure d’Art de Lorraine

Exposition

Du 6/06 au 16/06
Présence des artistes les 15 et 16 juin, en avant première des Journées Nationales de l’Archéologie

Porte des Allemands

L’École Supérieure d’Art de Lorraine, en partenariat avec la Direction Régionale des Affaires Culturelles Grand Est (ministère de la Culture) et Metz Métropole, présente une exposition à Metz, Porte des Allemands à partir du 6 juin. Une rencontre entre artistes et chercheurs, entre photographie et archéologie.
 
La photographie est un outil essentiel à l’exercice de l’archéologie, car elle permet de fixer un certain nombre de données éphémères, que les contraintes d’un chantier de fouille ou la fragilité de certains vestiges ne permettent plus de rendre autrement accessibles. Ainsi peut-on considérer que l’archéologue voit et construit d’une certaine façon son discours scientifique à travers l’œil d’un objectif. Pourtant, au-delà de cette vision normalisée, la photographie offre bien d’autres possibilités de perceptions de cette discipline.
C’est dans cette perspective que deux archéologues du ministère de la Culture et de Metz Métropole ont proposé en 2018 et 2019 à l’École Supérieure d’Art de Lorraine (ÉSAL), enseignantes-artistes et étudiant.e.s en 3e année, de développer leur propre vision autour du concept d’archéologie. Ce travail explore les relations esthétiques et sensibles de cette rencontre entre artistes et chercheurs en quête de nos origines.
Du point de vue des artistes, les rapprochements entre les disciplines de l’archéologie et de la photographie sont multiples dans le jeu des empreintes et dans leurs temporalités. La photographie est un vecteur, oscillant entre ce qui a été dans un passé lointain, et ce qui peut exister grâce aux images.
À partir d’un vocabulaire choisi - palimpseste, hypothèses, vestige, réserve et musée   — les étudiant.e.s ont pu parcourir et étudier le monde de l’archéologie par le langage des images. Les échanges avec les archéologues ont été précieux, et la diversité des réalisations offre des approches singulières et étonnantes.
L’ensemble des œuvres produites donnera lieu à cette exposition, Porte des Allemands. Une seconde exposition est prévue en octobre au musée de La Cour d’or, ainsi que la publication d’un livre.

Générique collaboratif : Renata Dupont, responsable du pôle archéologique de Metz-Métropole ; Xavier Margarit, conservateur régional de l’archéologie adjoint de la DRAC Grand Est; Nathalie Filser, directrice de l’ÉSAL ; Juliette Férard, chargée de communication de l’ÉSAL et les enseignantes-artistes Agnès Geoffray et Constance Nouvel qui ont accompagné les étudiants-artistes : Camille Bauer, Clémence Brandenbourger, Ema Delmotte-Terzi, Florian Dez, Rémi Dietsch, Gaël Dijon, Mathilde Godard, Laura Kuramyssova, Arthur Lambert, Sarah Lampaert, Ivda Montanavelli, Solène Pannier, Eloïse Pinto Martins, Émilie Thomas, Laurent Toniolo, Romain Vadala, Tingting Wei.
 
L’exposition Archéologie imaginaire a reçu le soutien de Tirage à part, studio d’impression numérique Fine Art & Publicitaire.
 
> EVENEMENT FACEBOOK